Message important | COVID-19

Le CIME toujours présent, mais différemment. Cliquez ici pour consulter l’état de nos services.

Message important | COVID-19

Le CIME toujours présent, mais différemment. Cliquez ici pour consulter l’état de nos services.

Individu

Portrait de la situation

Depuis les années 70, les femmes ont intégré massivement le marché du travail. Au début 2018, elles ont atteint un taux d’activité de 55,8 % en Estrie (IMT 2018). Au Québec, en 2017, seulement 78 % des femmes occupaient un emploi avec des enfants âgés de moins de 6 ans comparativement à 90 % des hommes (Institut de la statistique du Québec, 2016). En 2017, ce chiffre était monté à 78,6 %, selon un article du Devoir du 9 janvier 2019.

Pour faciliter ce passage au marché du travail, les gouvernements fédéral et provincial ont mis de l’avant les premières mesures de conciliation famille-études-travail en instaurant le congé de maternité et parental via le programme d’assurance-emploi et un réseau de garderies (CPE). En 2006, le provincial a mis de l’avant le Régime québécois d’assurance parentale bonifiant ainsi le soutien financier offert aux nouveaux parents, notamment aux pères par le biais du congé de paternité. L’utilisation de ce congé est en constante augmentation chez les pères.

Lors d’une étude régionale réalisée en 2011-2012 par ConcertAction Femmes Estrie (CAFE) et le CIME, un sondage administré auprès 900 parents aux études et/ou en emploi ainsi qu’à des employeurs nous révélait que :

  • Les femmes sont encore les premières concernées par les responsabilités liées à la conciliation famille-travail, ce qui dénote la persistance d’inégalités, notamment dans le partage des rôles et des tâches domestiques;
  • 80 % des parents et des personnes proches aidantes déclarent avoir de la difficulté à concilier le travail et la famille, les études et/ou leur rôle de proche aidant.e;
  • Les aménagements de l’horaire de travail ou d’études et la possibilité de s’absenter pour des raisons familiales sont les principales mesures souhaitées pour faciliter la conciliation;
  • La plupart du temps, les entreprises proposent des arrangements au cas par cas. Ces arrangements sont généralement peu formalisés;
  • Le recrutement du personnel et le taux élevé de roulement constituent les deux préoccupations principales des employeurs;
  • La conciliation famille-études-travail ne semble pas figurer en tête de liste des mesures d’attractivité et de rétention du personnel.

Selon un sondage de Naître et grandir, réalisé par Léger au printemps 2014 auprès de parents québécois ayant des enfants entre 0 et 6 ans :

  • « 72 % des parents se sentent coupables quand ils priorisent leur emploi à leur famille »;
  • « 40 % des mères se disent distraites pendant leur travail par leurs préoccupations familiales »;
  • « 74 % des pères considèrent que leur employeur est compréhensif quant à leurs responsabilités. Chez les mères, ça tombe à 66 % »;
  • « 45 % des parents ont de la difficulté à concilier travail et famille »;
  • « 59 % des parents trouvent que leur emploi enlève du temps qu’ils pourraient consacrer à leurs responsabilités familiales »;
  • « 67 % des pères, contre 52 % des mères, pensent que la conciliation travail-famille est équitable entre les deux parents »;
  • « 15 % des pères séparés, contre 33 % des pères en couple, trouvent que leurs activités familiales les empêchent d’avoir suffisamment de sommeil pour bien performer au travail »;
  • « 75 % des mères séparées affirment avoir suffisamment d’appui de leur milieu pour remplir leurs obligations. Ça tombe à 61 % chez les mères toujours en couple »;
  • « 45 % des parents de famille unie sentent que leur employeur s’attend à ce qu’ils priorisent leur travail plutôt que leurs responsabilités familiales. Ça tombe à 33 % chez les parents séparés »;
  • « 61 % des familles unies trouvent que leur travail réduit le temps qu’elles peuvent consacrer à leurs responsabilités familiales, tandis que ça descend à 45 % chez les parents séparés »;
  • « 78 % des mères séparées, contre 67 % des mères en couple, sont satisfaites de leur vie au travail. 90 % des mères séparées, contre 82 % des mères en couple, sont satisfaites de leur vie de famille ».

 

 

Avantages à participer à la conciliation famille-études-travail-proche aidance

  • Améliorer la qualité de vie;
  • Augmenter la satisfaction au travail et la fidélité à l’entreprise;
  • Diminuer les problèmes de santé (stress, anxiété, etc.);
  • Retrouver du temps pour soi et pour le couple;
  • Avoir du temps de qualité avec la famille;
  • Être présent.e pour la famille dans les différentes étapes de la vie;
  • Avoir une plus grande capacité à affronter le stress dans les différentes sphères de la vie (famille-études-travail).

Pistes d’action

  • Se connaître et bien définir ses priorités;
  • Savoir reconnaître sa propre situation (lorsque vous êtes en situation de proche aidance, par exemple)
  • Équilibrer autant que possible le niveau de vie avec la qualité de la vie;
  • Trouver des solutions par soi-même dans les différentes sphères de vie;
  • Mieux répartir les tâches du quotidien avec le/la conjoint.e;
  • Savoir faire appel à une aide extérieure pour prendre le relais;
  • Développer et entretenir le réseau social.

» Voyez notre Répertoire des mesures de conciliation famille-études-travail-proche aidance

Programmes et services

» Site Internet du ministère de la Famille : www.mfa.gouv.qc.ca

» Site Internet de l’APPUI pour les proches aidants d’aînés : www.lappui.org/Regions/Estrie